Shanghai – Le retour d’Elise Rieuf à Shanghai

 

Du 22 mai au ­6 juin, 64 toiles et dessins de l’artiste qui vécut et travailla à Shanghai de 1927 à 1930 seront exposés au Musée Xu Hui.

 

Née en 1897 à Massiac, petite ville du centre de la France, Elise Rieuf manifeste très jeune ses dons artistiques. Après l’Ecole des Beaux Arts de Clermont-Ferrand, elle part en 1918 à Paris préparer le professorat de dessin.

Inscrite à l’Académie Lacaze Elise Rieuf fait la connaissance de Marguerite J. Carpentier. Peintre, sculpteur et graveur, celle-ci a fait partie des premières promotions de femmes admises aux Beaux Arts de Paris (1902). Elle a séjourné à la Villa Medicis et travaillé chez Rodin comme disciple et praticien jusqu’à la mort du Maître (1917). Elise Rieuf va devenir une fidèle de son atelier situé rue de la Source à Auteuil. Elle y rencontre les modèles de Rodin, Isadora Duncan, Loïe Fuller, les sculpteurs Van Rasbourg, Escoulat, Bartholomé, le peintre Forain, Gabriel Fauré… Elle se joint aux jeunes étudiantes qui entourent Marguerite J. Carpentier, recherchent ses enseignements et formeront ce qui est considéré maintenant historiquement, comme la première école de femmes artistes indépendante de la tutelle masculine.

En 1927, Elise Rieuf épouse l’architecte Paul Veysseyre. Associé d’Alexandre Léonard, Veysseyre vit à Shanghai depuis 1922. Les deux hommes viennent de  réaliser le Cercle sportif français, célèbre et luxueux lieu de loisirs, magnifiquement rénové aujourd’hui par le groupe hôtelier Okura. Au cours des années ils construiront nombre d’édifices : l’église St Pierre, le Dauphiné, le Poste Mallet, le Rudjin Hospital etc.

Elise Rieuf part pour Shanghai. Un de ses carnets de dessin évoque le Metzinger et ses passagers, croqués sur le vif au cours de la longue traversée. Elle réalisera en Chine une des parties les plus intéressantes de son œuvre.

Dès son arrivée, elle expose au Shanghai Art Club, parmi les artistes des concessions, française et étrangères. Elle habite Sieyès Road (aujourd’hui Yong Jia Lu) une maison Art Déco construite par son mari. Cette maison existe toujours. Paul Veysseyre l’emmène sur son house boat à la découverte de villages perdus au bord des canaux et des rivières. Elle passera, au cours de ces vagabondages et pendant ses séjours à Kuling, lorsqu’elle fuit en altitude la chaleur humide de Shanghai, des moments de profond bonheur, fixant dans sa mémoire ou sur le papier images, couleurs, lumières, rencontres insolites.

Maison d’Elise et Paul Veysseyre, route de Sieyès a Shanghai ( actuel Yong Jia Lu )

Elise Rieuf passera à Shanghai trois années d’intense production artistique. Scènes de rues, dessins rapides ou portraits fouillés, paysages, marines couleur de limon et de brume, les œuvres de cette période sont le fascinant et rare témoignage d’une artiste européenne sur la Chine d’avant la Révolution. Lorsqu’elle se séparera de son mari, en 1930, elle rapportera avec elle l’intégralité des œuvres exécutées en Chine, plus de cent huiles, pastels, dessins, lavis, gravures.

De retour en France Elise Rieuf mène la vie indépendante – et socialement difficile dans le contexte de l’époque – d’une femme divorcée, gagnant sa vie et de surcroît artiste. Elle voyage à travers toute l’Europe et peint dans ses divers ateliers. Elle prend sa retraite à Aix-en-Provence et revient passer ses dernières années à Massiac où elle meurt en 1990..

Le Musée municipal Elise Rieuf

 

En 1991 la ville de Massiac reçoit de Charles Rieuf une donation de 170 oeuvres d’Elise Rieuf, dont quarante réalisées en Chine. La décision d’ouvrir un musée est entérinée. Un dossier est adressé au service culturel de l’ambassade de Chine à Paris et Monsieur Zhu Quishan nous fait l’honneur de venir inaugurer le Musée, conjointement avec le maire de Massiac. Au terme de sa visite, il nous assure qu’il considère les œuvres de la Période chinoise d’Elise Rieuf comme « les enfants de la Chine » et exprime le vœu qu’elles soient un jour exposées à Shanghai.

En 2008, Charles et Sophie Rieuf assistés de Marion Boyer, conservatrice du Musée Elise Rieuf, font une démarche auprès de Monsieur Pu Tong, ministre conseiller culturel à l’Ambassade de Chine à Paris, pour savoir s’il est possible, à la faveur de l’Exposition Universelle de 2010, de réaliser le souhait de Monsieur Zhu Quishan. La réponse très bienveillante  de Monsieur Pu Tong nous encourage à poursuivre le projet qui aujourd’hui entre dans sa réalisation. Nous serons à Shanghai au musée Xu Hui du 22 mai au 6 juin 2010 avec 64 œuvres d’Elise Rieuf, peintes et dessinées entre 1927 et 1930.

Le Retour a Shanghai

Nous avons reçu au cours des deux ans de préparatifs de l’exposition des aides inestimables sans lesquelles elle n’aurait pu être organisée. Il est impossible, faute de place, de remercier  ici tous les participants au projet mais nous profitons tout de meme de ces lignes pour remercier tout particulièrement Mme CHEN Dong, Deputy Director of Publicity department of CPC Shanghai Commitee, Mr CHEN Chunqian, directeur du bureau d’administration culturel de Xuhui, ainsi que Mr Michel DONG (DONG Youning), President de Jin Dian Management Consulting Company.

L’exposition aura lieu au SHANGHAI XUHUI ART MUSEUM du 22 mai au 6 juin 2010, au 1413 HUAIHAI Road, Shanghai, a 50 metres de la Residence du Consulat de France a Shanghai, a cote du croisement avec la Wurumuqi Road (metro Changshu Road station). L’entree est gratuite et le musee est ouvert de 9 heures du matin a midi, puis de 13h a 16h30 tous les jours sauf le lundi.

L’exposition sera place sous le haut patronage de Monsieur Thierry MATHOU, Consul General de France a Shanghai, avec le soutien de Monsieur Jean-Pierre RAFFARIN, Ancien Premier Ministre et Senateur de la Vienne.

Marion BOYER, Conservatrice du Musee Elise RIEUF

Laurent SOLOMON, Representant amical du Musee Elise RIEUF a Shanghai

CEDRIC M VOUS CONVIE A VISUALISER LE REPORTAGE DU VERNISSAGE DE L’EXPOSITION ;

cliquez sur PLAY pour visioner :