S'inscrire à la newsletter

Le Souvenir Francais de Chine

L'histoire des Francais de Chine racontée autrement…

Charles Richez, mecanicien-navigant

Posté par Claude Jaeck le 11 mai 2010

Le 12 avril 2008, Charles Richez, isséen, disparaissait dans sa 97ème année.

Formation

Né le 11 novembre 1911, Charles Richez, passe avec succès plusieurs années d’études puis s’engage pour quatre ans au Centre des Spécialités de l’Aviation Militaire de Bordeaux en 1931. Il en sort en 1932 avec le Brevet supérieur de Mécanicien navigant. Diplôme en poche, il est affecté à l’Escadrille n°2 de Thiès au Sénégal puis au détachement d’Atar, en Mauritanie, à l’époque classé « Zone de guerre », où il effectue des opérations dans le Rio d’El Oro, à Fort Gouraud, Fort Trinqué et jusqu’aux confins marocains à Tindouf, et algériens, à Chegga.

Charles Richez se fait remarquer à l’occasion de ces missions et il reçoit une Citation à l’Ordre des Troupes de l’AOF (Afrique Occidentale Française), avec une Médaille coloniale, agrafe « Sahara ».

Ceci se déroulait à l’époque de la splendeur de la compagnie aérienne l’Aéropostale. A cette occasion, il accueille un des pilotes « stars » de la compagnie : Jean Mermoz.

Il convient de dire quelques mots sur cette entreprise. La Compagnie générale aéropostale a été une compagnie aérienne française. Créée en 1919, par Pierre-Georges Latécoère, sous le nom de la Société des Lignes Latécoère puis en 1921 celui de la Compagnie générale d’entreprises aéronautiques, sa mission consiste à ouvrir et exploiter une ligne aérienne transatlantique dédiée au service postal, puis au transport de passagers. Une ligne qui part de Paris pour rejoindre l’Afrique Occidentale Française via l’Espagne et le Maroc puis l’Amérique du Sud depuis le Sénégal. En 1930, sous le nom de Compagnie générale aéropostale, dotée de 200 avions, de 17 hydravions, la société emploie 1.500 personnes. Parmi les pilotes les plus célèbres, figurent donc Jean Mermoz et Antoine de Saint-Exupéry. Du fait de la crise économique du début des Années 30 et d’un manque de soutien des autorités françaises, la société fait faillite en 1933 et intègre un nouvel ensemble aéronautique, nommé Air France.

La base de Bach Maï et le camp de Hoa-binh

De retour en 1935, et après un séjour de trois années dans différentes base de la Métropole, Charles Richez est envoyé en Indochine. Il sert au Tonkin, à Hanoï, au sein de la base 1/595 de Bach Maï, à Hanoi. Il effectue également des opérations et des séjours au Laos, au Siam et au Cambodge.

Officiers et sous-officiers de la base de Bach Maï en 1940 ; Charles Richez est au centre de la rangée du milieu, casquette en arrière…

Après la défaite de 1940, l’Indochine française est restée fidèle au régime de Vichy. Sous le commandement de l’amiral Decoux, la politique locale consiste à temporiser face à des ennemis – mais « compréhensifs » à l’égard de l’Etat français ouvertement collaborationniste – qui occupent partiellement le Tonkin. Cinq ans plus tard, devant l’avance des Alliés en Europe, et dans une volonté jusqu’au-boutiste, les Japonais décident un coup de force : ils incitent les Vietnamiens à proclamer leur indépendance et envahissent toutes les villes indochinoises. Le 9 mars 1945, Charles Richez subi l’assaut des troupes ennemies et est, comme ses compagnons d’infortune, enfermé dans la citadelle d’Hanoï. Les 60.000 soldats français, répartis dans de multiples petites garnisons, ne peuvent pas grand-chose et sont rapidement débordés. Des milliers d’européens, militaires et civils confondus, sont massacrés. Et ce, « sous les yeux des Vietnamiens, qui comprennent à cet instant que la France est loin d’être invincible » indique la journaliste Brigitte Friang, dans ses ouvrages sur la Guerre d’Indochine.

Dans les jours qui suivent ce coup de force, Charles Richez est envoyé au camp de Hoa Binh, appelé « Camp de la Mort », car seulement quelques détenus réussissent après des années de captivité à regagner la Mère patrie. Le 8 juin 1948, Monsieur Durand-Reville, rapporteur de la commission de la France d’Outre-mer, prononce ces paroles : « La faim, le paludisme, la dysenterie firent de terribles ravages dans les camps de détenus dont les plus sinistres incontestablement furent ceux de Hoa-Binh, aux confins du delta tonkinois et de la Moyenne-région. Hoa-Binh, lieu d’enfer où furent envoyés à partir du mois d’avril 1945 près de 4.000 détenus, hommes de troupes et officiers subalternes ».

Retour en France

Libéré à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Charles Richez regagne la Métropole où, peu à peu, il se rétablit. Il est engagé à la Direction Technique et Industrielle de l’Aéronautique du Ministère de l’Air en tant qu’ingénieur au Service de la Production Industrielle. Il y poursuit sa carrière pendant 17 ans. Il remplit des missions importantes, entre autres au moment de la Guerre d’Algérie, ce qui lui vaut les félicitations du Délégué ministériel pour l’Armement. De cette époque date également son installation à Issy-les-Moulineaux.

En 1960, il intègre la Société des Avions Marcel Dassault où il termine son expérience professionnelle, en 1979, en tant que Chef de Département des Avions en Service. Il contribue, au début des années 1970, à introduire l’informatique dans ce service.

A la retraite, Charles Richez reste actif, notamment au sein de la Fondation Charles de Gaulle et d’autres associations comme les Vieilles Tiges et les Vieilles Racines, ou encore le Tomato Club.

Le Club du Tomato

Charles Richez était Chevalier de la légion d’Honneur, Médaille militaire, Médaille de l’aéronautique, Médaille des Arts, Sciences et Lettres. Il était donc un pilier du Club du Tomato, association aéronautique.

L’existence du club remonte à la Première Guerre mondiale, quand les pilotes rencontraient les ingénieurs pour discuter des améliorations à apporter à ces « drôles d’engins volants ». Connu pour ses déjeuners du vendredi, le Club du Tomato prend ce nom, dans les Années 30, quand des membres, reçus aux Etats-Unis, se voient offrir du jus de tomate en guise d’apéritif par leurs hôtes, prohibition oblige !

SOURCE : cet article est reproduit sur notre site avec l’aimable autorisation de M. Frédéric RIGNAULT, Président du Comité – Délégué général adjoint pour les Hauts-de-Seine /  Souvenir Français – Comité d’Issy-les-Moulineaux ( www.souvenirfrancais-issy.com ; www.souvenir-francais-92.org )


Tags: Charles Richez, Indochine, Vietnam

Comments are closed.