S'inscrire à la newsletter

Le Souvenir Francais de Chine

L'histoire des Francais de Chine racontée autrement…

De l’Algérie à l’Afghanistan, Après Tazalt, avons nous pacifié Tagab ? Lt. Col. B.Gaillot

Posté par Claude Jaeck le 18 janvier 2014

201306_ Diapo livre Afghanistan_CBA GAILLOT (1)

TITRE : De l’Algérie à l’Afghanistan, Après Tazalt, avons nous pacifié Tagab ?

AUTEUR : Lieutenant-colonel Bernard Gaillot
Date de parution : 11 juin 2013
Nombre de pages : 225
Prix public de vente : 27 euros (35 photos)

L’ouvrage
Ce livre constitue un témoignage d’un officier alpin ayant participé aux opérations de l’armée française en Afghanistan. L’auteur s’appuie sur ses études d’histoire sur la guerre d’Algérie, pour mettre cette dernière en perspective avec la campagne afghane.

Le titre de ce livre « Après TAZALT, avons nous pacifié TAGAB ? » constitue un prolongement au titre du livre de Jean-Yves Alquier « Nous avons pacifié Tazalt » (journal de marche d’un officier parachutiste en Algérie de mai 1956 à août 1957), qui a été réédité par le Centre de Doctrine d’Emploi des Forces alors que la campagne afghane était en cours, afin « que la tactique d’hier nous aide dans nos réflexions sur la tactique d’aujourd’hui ».
Existe-t-il vraiment des points communs entre ces deux pacifications, comme semblaient le penser les états majors américains lorsqu’ils se sont reportés aux écrits des théoriciens français sur la pacification en Algérie, afin d’élaborer leurs principes de contre-insurrection utilisés en Irak et en Afghanistan ?

Ce livre, à la fois factuel et conceptuel, peut servir à établir des parallèles entre l’histoire du siècle dernier, et celle de ce début de XXIe siècle et à en tirer les enseignements pour l’avenir. « Plus que jamais, l’histoire doit éclairer le présent et notre histoire militaire peut le faire » disait l’ancien gouverneur militaire de Paris, le général Dary dans sa préface de la réédition du livre « nous avons pacifié Tazalt ».

Les réactions de ceux qui ont lu cet ouvrage avant qu’il soit publié sont éloquentes.
Emanant de ceux qui on participé à la campagne afghane : « Lecture hyper intéressante et passionnante. Lorsqu’on commence la lecture, on a du mal à lever les yeux du texte avant la fin ! » commente un capitaine ayant commandé sa compagnie en Kapisa en 2010, alors qu’un colonel ancien chef de corps d’un groupement tactique en Kapisa poursuit : « cette comparaison est saisissante entre deux conflits apparemment très éloignés mais que le temps long de l’Histoire ne manquera pas de rapprocher. A la lecture de ce livre, j’ai revécu une aventure humaine hors du commun où se mêlent les joies et les peines, la tension des combats et la plénitude du devoir accompli. Au-delà de la réflexion sur les conflits contemporains que l’ouvrage suscite, il faut y voir un émouvant hommage aux soldats français. »

Réactions aussi de ceux qui ont essayé de comprendre cette campagne à partir du territoire national :
. Un philosophe : « Dans ce livre, on voit les choses à la fois de l’extérieur, avec clarté, et de l’intérieur, avec le cœur. La comparaison entre l’Afghanistan et l’Algérie est complète, claire, précise et pertinente. Cet ouvrage nous fait prendre de la hauteur, notamment sur la conflit Afghan. Vraiment, je crois qu’il sera non seulement instructif, mais formateur. Dans l’ensemble de l’ouvrage, et dans la conclusion en particulier, vous donnez l’exemple salutaire d’une conscience morale exigeante qui juge d’après des principes et non selon l’opinion, avec un sens de la responsabilité politique du soldat et une prudente intelligence de l’humain. Je vous remercie de m’avoir donné à lire un livre que j’aurais regretté de ne pas avoir lu. »
. Un historien : « Il n’a jamais été facile de faire la guerre et ensuite de prendre du recul pour en tirer les enseignements et ainsi mieux l’expliquer aux contemporains. C’est pourtant ce qu’a réussi à faire l’auteur de ce livre. Cet ouvrage original mettant en perspective deux campagnes de pacification rend assurément plus intelligible une opération militaire récente, difficile et complexe qui nous a beaucoup interrogés. »

L’auteur
Issu de l’Ecole Militaire Interarmes (Promotion Schaffar 1995 – 1997), le lieutenant colonel Bernard Gaillot a passé l’essentiel de ces vingt-deux années de carrière dans les troupes alpines, ne les quittant que trois ans pour commander une compagnie d’élèves à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr (Promotion Segrétain 2006 – 2009). Il sert actuellement au 13e bataillon de chasseurs alpins de Chambéry.
Après plusieurs opérations dans les Balkans et en Afrique, il a été envoyé dans la région de la Kapisa, en Afghanistan, de novembre 2009 à juin 2010 en tant qu’officier renseignement du Groupement Tactique Interarmes (GTIA) BLACK ROCK.
Auteur du dernier historique du bataillon de SIDI BRAHIM (8° Groupe de Chasseurs) et d’un mémoire de Maitrise sur les Alpes militaires entre 1920 et 1940, il a publié un mémoire de Diplôme d’Etude Appliquée (DEA) sous la direction du professeur Jacques Frémeaux, sur la « Pacification en Algérie au travers de la revue Le Bled ».
Il a souhaité écrire ce livre pour témoigner du travail réalisé par les soldats français en Afghanistan, en mettant en perspective de manière originale, les missions de pacification réalisées par l’armée française en Algérie (1954 à 1962) et en Afghanistan (2001 et 2013).

Le public concerné par la lecture de votre livre
Cet ouvrage à la fois factuel et conceptuel, pourra servir à nos contemporains pour mieux comprendre leurs soldats prêts à donner leur vie pour une cause qui les dépasse et aux historiens pour mieux analyser la participation de la France à la campagne de pacification de l’Otan en Afghanistan. Il pourra aussi participer à la réflexion des militaires occidentaux qui, avant de s’engager en Afghanistan, se sont replongés dans les livres de théoriciens de la pacification comme Galula, Trinquier ou dans les récits d’opérations des grands chefs militaires comme le maréchal Lyautey ou le général Gallieni.

SOMMAIRE
Avant-propos, préface du général Georgelin

PREMIERE PARTIE

ALGERIE ET AFGHANISTAN : UN CONTEXTE D’ENGAGEMENT DES TROUPES FRANÇAISES RADICALEMENT DIFFERENT.

Chapitre 1 : 400 000 soldats pacifiant trois départements français.
Chapitre 2 : 4 000 engagés contribuant à pacifier la plus petite province d’un pays éloigné.
Chapitre 3 : Le déploiement d’un groupement tactique en Afghanistan.

DEUXIEME PARTIE

ALGERIE ET AFGHANISTAN : DES TACTIQUES COMPARABLES.

Chapitre 4 : Des opérations militaires destinées à renforcer les forces de sécurité locales en neutralisant insurgés ou rebelles.
Chapitre 5 : Des opérations d’environnement visant à convaincre les populations en participant à la reconstruction du pays.
Chapitre 6 : Un groupement tactique au combat en Kapisa.

TROISIEME PARTIE

ENSEIGNEMENTS : MISSIONS REMPLIES MAIS CONSEQUENCES DIFFERENTES POUR L’ARMEE.

Chapitre 7 : Missions remplies par des soldats réactifs et solidaires.
Chapitre 8 : Les limites d’une implication humaine et politique trop forte de l’armée dans l’œuvre pacificatrice.

Repères chronologiques, glossaire, bibliographie, remerciements, sommaire.

Comments are closed.