S'inscrire à la newsletter

Le Souvenir Francais de Chine

L'histoire des Francais de Chine racontée autrement…

A propos de la guerre franco-chinoise (1884-1885)

Posté par Claude Jaeck le 10 avril 2016

Des chemins mémoriels…
A propos de la guerre franco-chinoise (1884-1885)

« Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie ont droit qu’à leur cercueil la foule vienne et prie… » Victor HugoWatch Full Movie Streaming Online and Download

IMG_2651

Ce sont près de sept cent camarades morts pendant ces deux années d’occupation de Formose :120 sont morts sur le champ de bataille,150 ont succombé à leurs blessures et les autres ont été victimes de la maladie ;ils sont enterrés dans deux cimetières militaires français, l’un à Keelung (Formose),l’autre à Makung (Pescadores),lesquels sur décision du gouvernement français sont construits et aménagés par le Génie entre juin et juillet 1885,en mémoire de l’amiral Courbet et de ses hommes morts au combat.
Dix ans après la guerre franco-chinoise à la fin de la dynastie des Ching,la cour impériale cède Taiwan et Penghu au Japon selon le traité de Shiminoseki.Pendant l’occupation japonaise,et conformément à un accord signé entre la France et le Japon,le gouvernement français paye le gouvernement japonais pour préserver et entretenir les cimetières.
Selon le cadastre de l’époque de l’occupation japonaise,le droit de propriété des cimetières de Keelung et de Makung est enregistré comme « Patrimoine du Trésor public » ,et le gouvernement français n’a pas pu obtenir les droits de propriété.Plus tard ces deux cimetières sont enregistrés comme « propriété de l’État ».En 1953 et 1954,le gouvernement français insiste auprès du gouvernement de la République de Chine pour obtenir le titre de propriété du cimetière de Keelung ainsi que la construction du monument commémoratif de l’amiral Courbet à Makung.Il demande en même temps à accéder à une « location perpétuelle » du cimetière.Ce que le gouvernement de la République de Chine lui refuse,en vertu des règlements de la loi foncière.
IMG_2653
Finalement le 5 août 1954,suite à de nombreuses discussions entre la France et la République de Chine,les deux parties arrêtent des dispositions de location des terrains occupés par le cimetière français de Keelung et la stèle commémorative française de Makung.Le 2 mai 1955,l’ambassade de France à Taipei paye neuf dollars taïwanais correspondant au loyer de 9 années.Pendant toutes ces années,le cimetière français de Keelung a été scrupuleusement respecté par les autorités et la population locales.
IMG_2654

Assumée jusqu’en 1993 par le représentant commercial français,la responsabilité de sa gestion a été reprise par le secrétariat général de l’Institut français,après la réorganisation de celui-ci.
C’est en 1997,sur décision ministérielle française que la gestion et l’entretien du cimetière reviennent,après accord,à la mairie de Keelung.
Sur les îles Pescadores,la ville de Makung rénove le site du Mont Shetou en y implantant différents monuments commémoratifs.
Les corps des soldats, les stèles du cimetière de Makung, ainsi que les cendres du lieutenant d’infanterie de Marine, Louis Jehenne et de Marie Joseph Louis Dert, sous-commissaire de la Marine, ont été transférés à bord du « Pimodan » dans le cimetière de Keelung en 1954.
Le monument à la mémoire de Courbet, édifié au Mont Shetou, en baie de Fengkuei face au port de Makung, est déplacé – les restes de l’Amiral sont ramenés en France. Un nouveau monument commémoratif, élevé par les autorités locales, est inauguré le 27 mars 1954. Le 5 août suivant, les autorités françaises et chinoises, s’accordent sur la location, pour une durée de 90 ans, du terrain occupé par les cimetières de Keelung et de la stèle commémorative de Makung.
IMG_2655
Le cimetière de Keelung reste alors ouvert au public toute l’année.L’administration locale octroie deux jours à l’Institut français,le 14 juillet,et le 11 novembre.
Le 20 février 2001,la mairie de Keelung,par l’intermédiaire du ministère des Affaires étrangères taïwanais,sollicite l’Institut français dans le but de finaliser des recherches en vue de conduire à l’élaboration d’un projet de restauration et de mise en valeur du site.En effet,elle vient de classer ce cimetière monument historique.
IMG_2650

Extraits du livre de Christophe Rouil, Formose,des batailles presqu’oubliées,2001
Crédit photo : C.Rouil
Michel Marie Nivelle – Délégué Général du Souvenir Français de TAIWAN

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.